Comment agrandir sa maison ?

Le plan de la maison est le décret qui permet l’extension de la maison. Comment cela fonctionne-t-il ? Quelles sont les pratiques à suivre ? Quelles sont les extensions autorisées ?

Pourquoi agrandir la maison ?

Les raisons pour lesquelles vous pouvez ressentir le besoin d’agrandir votre maison sont différentes. Le cas le plus fréquent est celui de la famille qui s’agrandit ou des enfants qui grandissent et ont besoin de plus d’espace individuel, chacun pour soi. Toutefois, vous pouvez décider d’agrandir votre maison pour d’autres raisons également.

Peut-être avez-vous besoin d’accueillir souvent (par exemple si vous avez des parents qui vivent loin et reviennent pour les vacances). Enfin, il se peut que vous ayez simplement besoin de plus d’espace pour vous consacrer à vos loisirs, mais aussi au travail.

Après tout, le travail intelligent est devenu de plus en plus courant dans les entreprises et de nombreuses personnes doivent se tailler un petit bureau à la maison.

Toutefois, si vous vous trouvez dans une situation similaire, la première chose à faire pour comprendre comment une extension peut être réalisée est de contacter un professionnel qualifié (architecte, ingénieur ou géomètre) afin de respecter toutes les exigences techniques et réglementaires.

Agrandir la maison avec le plan de la maison

La première étape pour comprendre si l’extension est possible est de vérifier que sur le terrain où se trouve votre maison, il y a un volume résiduel à exploiter. Selon les plans réglementaires municipaux, il est en effet possible de réaliser sur chaque parcelle de terrain un certain volume construit. Dans les centres urbains, il est désormais très rare que cela se produise, car les volumes autorisés ont été pleinement utilisés ces dernières années.

Mais si, d’une part, il n’est pas possible de construire des unités entières, d’autre part, s’il ne s’agit que d’une extension, il est désormais possible d’utiliser le “House Plan”. Le Plan de la Chambre est une “loi spéciale” introduite par le décret législatif n° 112 du 25 juin 2008 qui n’aurait dû rester en vigueur que pendant un an et demi.

Il permet d’étendre les bâtiments existants par dérogation aux instruments d’urbanisme existants, donc même lorsqu’il n’y a pas de volume résiduel. Le volume supplémentaire peut aller jusqu’à 20% dans le cas d’une simple extension, tandis qu’en cas de démolition et de reconstruction de l’existant, vous pouvez atteindre jusqu’à 35 volumes supplémentaires. Le plan est régi par des lois régionales et, dans presque toutes les régions, il a été prolongé d’année en année, de sorte qu’il est toujours en vigueur aujourd’hui.

Votre technicien responsable pourra alors vous dire s’il est possible de bénéficier du Plan d’Occupation et, si oui, il devra établir le dossier nécessaire pour effectuer l’intervention : SCIA – Rapport de Début d’Activité Certifié ou le Permis de Construire, qui devra attendre sa délivrance. Bien entendu, il faudra également respecter toutes les exigences nécessaires pour se conformer à la réglementation antisismique, car dans la plupart des cas, de nouvelles structures devront être construites.

Comment réaliser l’extension de la maison

Une extension peut être réalisée de plusieurs manières. Par exemple, si vous êtes propriétaire d’une petite villa avec jardin, la solution la plus “naturelle” serait de s’étendre en largeur en utilisant uniquement cet espace. Cependant, la taille du jardin pourrait ne pas être suffisante, notamment parce que le nouveau volume devra respecter les distances latérales par rapport aux autres bâtiments environnants.

Comme alternative, vous pouvez donc penser à réaliser l’extension en élévation. Une autre façon de faire une chambre supplémentaire, surtout si vous vivez dans un appartement en copropriété, est de fermer une terrasse ou un balcon existant. Dans le cas de la copropriété, cependant, il faudra également demander l’autorisation de la copropriété. Enfin, si vous vivez dans une vieille maison avec de très hauts plafonds, vous pouvez penser à faire de la place supplémentaire, par exemple pour une chambre ou un bureau, en construisant un loft.

N’oubliez pas que les règlements de construction n’autorisent généralement qu’un certain pourcentage de la surface habitable en mezzanine. En outre, il faudra veiller à ce que la partie située sous la mezzanine ne soit pas inférieure à la hauteur minimale prévue, généralement 270 cm.

Isolation acoustique : différence entre les matériaux d’isolation et d’absorption acoustique
Comment combiner l’acoustique et l’esthétique dans la construction