Qu’est-ce que le mortier ?

Le mortier est un matériau qui présente des caractéristiques et des types spécifiques, ainsi que des utilisations différentes dans la construction pour des buts divers. Il est constitué d’un mélange d’un liant (ciment et/ou chaux), d’eau, d’agrégats fins tels que le sable et d’additifs. Les composants sont mélangés dans des proportions telles qu’elles garantissent la maniabilité pendant que le mélange est encore liquide et la résistance une fois qu’il est devenu compact. Les mortiers hydrauliques, tels que le mortier pouzzolanique et le “cocciopesto”, étaient connus depuis l’Antiquité, à l’époque des Phéniciens. Les Romains s’en sont emparés et les ont perfectionnés pour les utiliser notamment pour construire et imperméabiliser des structures telles que des aqueducs et des citernes.

Composants du mortier

La lasabbia utilisée comme matériau inerte provient de dépôts sédimentaires ou de roches concassantes et doit être exempte de substances nocives et respecter des granulométries particulières.

L’eau doit être pure, claire, douce et exempte de substances nocives. Sa température est également importante, car la haute température accélère son emprise, tandis que la basse la ralentit.

Il est important d’en utiliser le moins possible dans le mélange pour éviter d’avoir une résistance à la traction et à la compression plus faible lorsque le mortier est sec.

Caractéristiques et types

Le mortier est un matériau composite et, en tant que tel, il peut présenter des caractéristiques différentes et avoir des utilisations diverses, selon sa composition. Le phénomène de raidissement se produit grâce à deux processus : la prise et le durcissement. Si l’adhérence est assurée exclusivement par le liant, le durcissement peut en dépendre. Selon le type de durcissement, les mortiers sont divisés en deux grandes catégories. Ceux-ci peuvent avoir comme liant de la chaux aérienne (comme dans la pouzzolane et le cocciopesto), ou un véritable liant hydraulique, comme le ciment ou la chaux hydraulique.

Utilisation du mortier dans la construction

Le mortier d’assise est utilisé pour maintenir ensemble d’autres matériaux de construction, par exemple les pierres de taille qui composent une maçonnerie. En fait, il est capable d’y adhérer parfaitement, formant avec eux une structure monolithique une fois le drainage effectué.

Mais la véritable fonction du mortier dans un mur de maçonnerie n’est pas tant de coller les briques, mais plutôt de mieux répartir la charge de la partie superposée, en rendant la surface plus homogène, par rapport à celle irrégulière de la pierre.

Le mortier est également utilisé pour réaliser les chapes, c’est-à-dire les sous-planchers des sols, d’environ 10 cm d’épaisseur, dans lesquels les tuyaux des systèmes sont également noyés. Dans ce cas, le mélange est formé de sable, d’eau et de ciment.

Le mortier coiffant est utilisé pour sceller les fissures ou pour finir les éléments de construction, par exemple pour faire des joints entre les carreaux.

Les mortiers de finition, en revanche, comprennent des enduits, en particulier le curl et le rinzaffo, des couches plus internes et non visibles en surface, caractérisées par des agrégats plus grossiers.

Conseils pour construire un échafaudage sûr
Astuces pour réaliser une chape